Nos Libertés est un webmag
libre et sans contraintes,
ouvert aux participations !


Image default

Les infections nosocomiales sont le résultat d’un manque d’hygiène maintenu de la part de l’hôpital ou du patient pendant la période d’admission. Toute personne souhaiterait revenir guérir, et non « infectée », d’un hôpital. Pour éviter de contracter des infections à l’hôpital, certains conseils de propreté et d’hygiène doivent être suivis par le personnel hospitalier, le patient, ses visiteurs et ses accompagnateurs. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus.

Lorsqu’il s’agit d’hôpitaux où des centaines de patients sont admis pour faire traiter leurs problèmes de santé, il y a aussi des chances que des infections soient présentes dans l’environnement. Ces infections peuvent se propager si certaines directives relatives à l’hygiène des patients et à la propreté de l’hôpital ne sont pas respectées. Il a été constaté qu’environ 100 000 décès sont causés par des infections secondaires contractées dans les hôpitaux chaque année. Ce chiffre est alarmant. Cette condition devrait inciter chacun d’entre nous à comprendre les règles établies pour le maintien de la propreté et de l’hygiène dans les hôpitaux et à faire sa part pour qu’elles soient respectées.

Qu’est-ce que les infections nosocomiales ?

Les infections acquises à l’hôpital (IAH), également appelées infections nosocomiales, sont des infections secondaires qui surviennent après que le patient a été traité pour le problème de santé pour lequel il a été admis. Ces infections peuvent être causées par des micro-organismes transférés de l’environnement hospitalier au patient par n’importe quel moyen. Les causes les plus courantes des IAH sont les pratiques médicales non hygiéniques, la toux et les éternuements, l’utilisation d’équipements non hygiéniques et la consommation d’eau ou d’aliments contaminés. Ces infections peuvent être fatales pour les patients déjà malades ou peuvent aggraver leur état actuel. On note des cas où l’on est amené à diagnostiquer le cancer du foie. C’est pourquoi il existe des directives concernant la prévention des infections nosocomiales qui doivent être suivies dans tout établissement médical. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies est l’une des principales autorités compétentes qui définit les normes d’hygiène à respecter par les autorités hospitalières. Voici quelques lignes directrices à suivre afin de prévenir les infections nosocomiales.

eviter infections

Comment prévenir les infections nosocomiales ?

Utilisation et nettoyage appropriés des fournitures

Avant toute sorte de procédures invasives comme l’utilisation d’injections, le personnel hospitalier doit s’assurer que les aiguilles et les seringues sont neuves. Conformément aux réglementations médicales, une aiguille et une seringue ne doivent être utilisées qu’une seule fois. En outre, tout le matériel utilisé pour l’opération ou le traitement doit être stérilisé. Les infirmières et les autres membres du personnel doivent utiliser des fournitures médicales qui sont neuves ou stérilisées. Les hôpitaux devraient s’approvisionner en fournitures auprès de fabricants reconnus qui respectent les normes d’hygiène qui leur sont imposées.

Les infections hospitalières de la voie urinaire se produisent principalement en raison d’une mauvaise utilisation des cathéters. Demandez au médecin si le cathéter est inévitablement nécessaire. Si c’est le cas, demandez-lui s’il peut utiliser un cathéter central, plutôt qu’un cathéter à voie urinaire. En outre, les médecins doivent veiller à ce que ces tubes ou tout corps étranger, d’ailleurs, ne restent pas longtemps dans le corps du patient.

Propreté des hôpitaux

La désinfection de la salle d’opération avant et après chaque intervention chirurgicale est de la plus haute importance pour prévenir la propagation des infections hospitalières. Les appareils d’anesthésie, les éclairages chirurgicaux, les installations électrochirurgicales, les tables chirurgicales, les pompes d’aspiration, pour n’en citer que quelques-uns, sont autant d’équipements utilisés par de multiples personnels médicaux. Ces types d’outils doivent nécessairement être désinfectés en utilisant des systèmes de vapeur d’alcool ininflammable dans du dioxyde de carbone (NAV-CO2) et des méthodes de vapeur de peroxyde d’hydrogène. De même, la propreté de l’hôpital en général et l’assainissement des zones spécifiques où les patients sont emmenés, sont tout aussi essentiels afin de minimiser les chances d’infections acquises à l’hôpital.

Utilisation du savon à la chlorhexidine et des antibiotiques

L’utilisation de savons à la chlorhexidine est une autre mesure contre la propagation des infections dans les hôpitaux. Pendant le séjour à l’hôpital, il est conseillé aux patients de prendre une douche quotidienne en utilisant ce savon. Une autre mesure de protection contre les infections est l’utilisation d’antibiotiques, par voie orale ou intraveineuse. Ceux-ci peuvent être administrés aux patients avant et après une opération, pendant la période où ils sont le plus sensibles aux infections. Des pratiques comme celles-ci réduisent certainement les possibilités d’infection.

Hygiène personnelle

Le lavage des mains est l’un des moyens les plus simples, mais aussi les plus efficaces, de prévenir la propagation des infections. Il doit être pratiqué par une partie du personnel hospitalier, tant médical que d’entretien. Cela s’applique également aux patients, à leurs accompagnateurs et aux visiteurs. Les désinfectants pour les mains à base d’alcool sont considérés comme les plus efficaces pour la prévention des infections en milieu médical.

Porter des gants pour les mains, un masque et un tablier

Le port de matériel de prévention des infections comme les gants de main, le masque et les tabliers sont importants et doit être suivi par le personnel hospitalier. Les gants sont importants pour empêcher les micro-organismes des mains d’un personnel médical d’atteindre le patient. Les masques empêchent la propagation des infections qui peuvent être transmises par l’air. De même, les tabliers empêchent le transfert d’agents pathogènes des vêtements du personnel hospitalier ou des visiteurs vers les patients.

Il s’agit là de quelques exemples de mesures à prendre.

Ce sont là quelques pratiques principales à suivre par la direction de l’hôpital pour prévenir les IAH pendant et après le traitement. La clé pour prévenir les infections acquises à l’hôpital est de maintenir une propreté et une hygiène adéquates dans l’hôpital.

A lire aussi

Quels aliments contiennent de la vitamine B ?

Maeva Philippaux

Taux de survie au cancer du cerveau

Alice Bélland Muller

Combien coûte une opération de greffe de peau

Abigail Bellemaure

Dans quel aliment trouver du cuivre pour en consommer ?

Maeva Philippaux

Laissez un commentaire