Nos Libertés est un webmag
libre et sans contraintes,
ouvert aux participations !


Image default

L’infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) paralyse le système immunitaire, rendant ainsi l’organisme vulnérable aux infections. L’article suivant fournit des informations sur la transmission de ce virus mortel.

Le virus de l’immunodéficience humaine, ou VIH, infecte et détruit spécifiquement certaines cellules immunitaires de l’organisme. En conséquence, le fonctionnement du système immunitaire de l’individu affecté s’altère, rendant l’individu sensible à plusieurs autres infections. Au fur et à mesure de la progression de l’infection par le VIH, l’organisme devient la proie de différentes maladies.

Le stade avancé du VIH est appelé syndrome d’immunodéficience acquise (sida). Cependant, il est important de noter que toutes les personnes qui contractent le VIH ne développent pas le sida. En outre, contrairement au taux de survie à la leucémie, il faut plusieurs années pour qu’une personne infectée développe le sida, donc la personne pourrait vivre avec le VIH aussi longtemps qu’on ne le pensait. Par conséquent, une détection précoce et une intervention médicale immédiate peuvent aider à prévenir l’évolution vers le sida.

Comment se transmet le virus du sida ?

Le VIH peut se transmettre de la personne atteinte à d’autres personnes par des modes sexuels et non sexuels. Ces derniers ont été décrits ci-dessous.

Sexe non protégé

Le mode le plus courant de transmission du VIH est le rapport sexuel non protégé avec un partenaire infecté. Le transfert de fluides corporels et de sang lors des interactions sexuelles peut entraîner la transmission du VIH. Les particules infectieuses du VIH sont présentes dans le sperme et les fluides vaginaux, et peuvent donc être transmises lors de rapports sexuels vaginaux, oraux et anaux. Au cours de ces activités, le liquide d’une personne infectée peut passer dans la circulation sanguine du partenaire sain, à travers des coupures ou des plaies présentes sur la peau. Les rapports anaux comportent un risque plus élevé de transmission du VIH que les rapports vaginaux. La muqueuse délicate de l’anus peut se rompre, ce qui peut entraîner des saignements et augmenter les chances de transmission du virus.

L’infection par le VIH est un problème de santé publique.

Aiguilles infectées

Le VIH se transmet par l’utilisation d’aiguilles et de seringues non stérilisées. Chaque fois qu’une personne doit subir une procédure qui implique l’utilisation d’aiguilles et de seringues, elle doit s’assurer qu’une aiguille neuve et stérilisée est utilisée. Parmi ces procédures, on peut citer le don de sang, le prélèvement d’échantillons sanguins, l’administration de médicaments injectables, etc. Il est du devoir du prestataire de soins médicaux d’utiliser une aiguille et une seringue neuves, stérilisées et jetables, ainsi que de détruire après usage. De plus, lors d’une intervention chirurgicale ou de tout acte invasif, seul du matériel stérile doit être utilisé pour éviter la transmission du VIH.

Ce type de transmission est très fréquent chez les toxicomanes, car plusieurs individus partagent une même aiguille pour l’administration de la drogue. Si l’un des usagers est infecté, tous les autres risquent de contracter le virus par l’intermédiaire de l’aiguille partagée, qui contient le sang et le virus de l’individu infecté.

Il y a un risque de transmission du VIH.

Transfusion sanguine

Les transfusions sanguines réalisées pour traiter des troubles sanguins, ou lors de situations d’urgence, peuvent entraîner la contraction du VIH, si du sang infecté est transfusé. Par conséquent, il est maintenant obligatoire, dans presque tous les pays, de dépister la présence du VIH dans chaque échantillon de sang, avant des stockés dans une banque de sang, et/ou avant de transfuser à un individu dans le besoin.

Infection des soins de santé

De nombreux travailleurs de la santé comme les médecins, les infirmières, les techniciens de laboratoire, les travailleurs sociaux médicaux, etc. risquent de contracter une infection par le VIH. Ces membres de l’industrie médicale entrent en contact avec de nombreux patients séropositifs. Ils peuvent se piquer accidentellement avec l’injection utilisée pour un patient séropositif, ou être exposés à des fluides infectés qui peuvent pénétrer dans leur corps par des coupures et des blessures.

Tatouages et piercings

La plupart des joints de tatouage et de piercing ne stérilisent pas leur matériel. Si un client précédent a saigné pendant une procédure, et que la même aiguille est utilisée pour un autre client, cela peut entraîner une transmission du VIH. Une telle transmission est fréquente chez les adolescents.

Cigarettes partagées

Les individus qui s’adonnent au tabagisme régulier ou à la chaîne, ont tendance à souffrir de maladies des gencives et/ou d’ulcères buccaux. Le partage de cigarettes entre de tels individus peut entraîner la contraction et la propagation du VIH dans la circulation sanguine, à travers la peau ulcéreuse de la bouche.

Transmission de la mère à l’enfant

Le virus peut passer du corps de la mère enceinte au fœtus, pendant la grossesse, au moment de l’accouchement ou lors de l’allaitement. On a constaté que plus d’un tiers des mères enceintes séropositives non traitées transmettent le virus à leur enfant.

Cependant, la transmission du virus au fœtus ou au nouveau-né peut être évitée si le traitement antiviral approprié est mis en place rapidement. Par ailleurs, il est recommandé à une mère séropositive d’opter pour une césarienne pour mettre au monde son bébé, afin de réduire le risque de transmission virale lors de l’accouchement.

Il est également recommandé d’opter pour un accouchement par césarienne.

le VIH

Comment le VIH ne se transmet-il pas ?

Il existe plusieurs mythes concernant la transmission du VIH. Les gens croient qu’une simple poignée de main avec un individu séropositif, transmet la maladie. Quelques personnes pensent que s’asseoir à côté d’une personne séropositive peut transmettre le virus par la toux et les éternuements. Cependant, cela n’est pas possible, car le virus ne peut rester vivant que dans les fluides corporels internes. Le VIH ne se transmet pas par les moyens suivants :

  • Utiliser les toilettes publiques
  • Les câlins
  • Partager des ustensiles pour manger
  • Vivre dans la même maison, le même bureau, ou même partager des sièges dans les transports publics
  • Les piqûres de moustiques
  • Manger des aliments cuisinés ou manipulés par une personne atteinte du VIH/sida
  • Baiser
  • Partager la même piscine, le même sauna, etc.
  • Toux et éternuements

Le VIH est transmis par le sang, les sécrétions vaginales, le sperme, le liquide de pré-éjaculation et le lait maternel infectés. Ce n’est PAS toujours par l’activité sexuelle que l’on peut contracter une infection par le VIH. Il PEUT être transmis par l’utilisation d’aiguilles infectées lors d’une visite à l’hôpital, d’une transfusion sanguine, de la consommation de drogues, du tatouage, etc. La sensibilisation aux voies de transmission du VIH est extrêmement essentielle, afin d’être vigilant lors de toute procédure médicale, ainsi que lorsqu’on a affaire à des personnes séropositives, plutôt que de simplement les éviter.

Disclaimer : Cet article est uniquement destiné à des fins d’information et ne doit pas être utilisé comme substitut à un avis médical professionnel.

A lire aussi

Quelles sont les différences entre le CBG et le CBD ?

Maeva Philippaux

Comment la dorsale médio-atlantique a-t-elle été formée ?

Abigail Bellemaure

Dans quel aliment trouver des vitamines C pour en consommer ?

Maeva Philippaux

Comment prévenir les infections nosocomiales

Abigail Bellemaure

Laissez un commentaire