Nos Libertés est un webmag
libre et sans contraintes,
ouvert aux participations !


Image default

Chaque année, des millions s’inscrivent pour suivre des cours d’enseignement supérieur auprès d’établissements d’enseignement postsecondaire. Cependant, la majorité d’entre eux ne disposent pas des fonds nécessaires pour payer leur éducation en espèces, et doivent donc contracter un ou plusieurs prêts pour couvrir les frais de scolarité et autres frais. En conséquence, les prêts étudiants sont devenus une industrie de plusieurs milliards d’euros qui fournit aux étudiants de tous les milieux économiques les moyens de payer leurs études supérieures et leur formation professionnelle.

Pendant de nombreuses années, les prêts étudiants étaient proposés par deux canaux principaux : Les prêts directs via le ministère de l’éducation, ou par le biais des prêts à l’éducation des familles (FFELP) offerts par des prêteurs privés, tels que les banques. Cependant, au printemps 2010, le président Obama a signé la loi. Cette loi a imposé plusieurs changements majeurs qui ont consolidé et simplifié le secteur des prêts étudiants. Depuis le 1er juillet 2010, le ministère de l’Éducation est devenu la seule institution pouvant offrir des prêts étudiants, et les prêts FFELP ne sont plus disponibles.

Types de prêts étudiants

Il existe plusieurs types de prêts étudiants proposés par différents prêteurs. Leur disponibilité pour les étudiants varie en fonction des besoins économiques, des scores de crédit, et d’autres facteurs.

Prêts directs

Le programme de prêts directs William T. Ford est le plus important programme de prêts offert directement par le gouvernement. Les trois principaux types de prêts énumérés ici relèvent de ce programme s’ils ont été émis après le 1er juillet 2010.

Les emprunteurs potentiels qui répondent à ces critères peuvent être éligibles pour recevoir un ou plusieurs des types de prêts suivants :

  • Les prêts directs PLUS. Il existe deux types de prêts directs PLUS : l’un est conçu pour les parents d’étudiants de premier cycle à charge, et l’autre pour les étudiants diplômés. Le prêt pour les parents nécessite une vérification du crédit et peut exiger un cosignataire de prêt supplémentaire si les parents n’ont pas un bon crédit. Les prêts directs Plus offrent un taux d’intérêt fixe (actuellement 7,9 %) et ne peuvent être utilisés que pour couvrir le coût restant de la fréquentation scolaire qui n’est pas couvert par d’autres types de prêts étudiants ou d’aides financières. Les prêts PLUS diffèrent donc des autres types de prêts étudiants en ce qu’ils sont basés sur le crédit de l’emprunteur plutôt que sur ses besoins financiers. Cependant, les emprunteurs doivent toujours remplir et soumettre un FAFSA pour être admissibles.
  • Prêts subventionnés et non subventionnés. Anciennement connus sous le nom de prêts Stafford lorsqu’ils étaient offerts dans le cadre du programme FFEL, ces prêts se présentent sous deux formes : subventionnés et non subventionnés. Les deux types de prêts sont disponibles pour les étudiants de premier cycle, mais seuls ceux qui ont des besoins financiers peuvent bénéficier de prêts subventionnés, tandis que les étudiants diplômés ne peuvent bénéficier que de prêts non subventionnés. Les deux types de prêts sont assortis d’un taux fixe et le remboursement doit commencer dans les six mois suivant la fin des études, sauf si un report ou une suspension est accordé. Le ministère de l’éducation paie les intérêts de l’emprunteur sur les prêts subventionnés pendant qu’il est scolarisé au moins à mi-temps, pendant les six premiers mois suivant l’obtention de son diplôme (période dite de grâce) et pendant le report. Les emprunteurs non subventionnés, en revanche, doivent payer eux-mêmes tous les intérêts sur leurs prêts – pendant les études, les périodes de grâce et les reports, les intérêts s’accumulent et s’ajoutent au solde du prêt. Comme les prêts non subventionnés ne sont pas fondés sur les besoins financiers, ils sont souvent demandés par les étudiants à charge et les parents qui ne sont pas admissibles à un prêt PLUS. Comme pour les prêts PLUS, les emprunteurs doivent soumettre un FAFSA pour être admissibles.
  • Prêts directs de consolidation. Ce type de prêt est disponible pour les emprunteurs qui ont au moins un prêt direct ou FFEL. Les emprunteurs qui consolident peuvent réduire considérablement leurs paiements mensuels en allongeant le calendrier de remboursement de tous leurs prêts. La consolidation peut également renouveler les privilèges de sursis accordés aux prêts précédents. Cependant, vous pourriez aussi perdre les avantages associés aux prêts initiaux en consolidant. Le taux d’intérêt appliqué est basé sur la moyenne pondérée de tous les prêts consolidés, ce qui peut être inférieur au taux que l’emprunteur payait auparavant s’il consolide un ou plusieurs prêts à taux variable dans un contexte de taux d’intérêt bas. Les emprunteurs ne peuvent plus consolider les prêts étudiants en cours de scolarité, mais ils sont autorisés à consolider les prêts en période de grâce, en cours de remboursement ou en différé. Les prêts en défaut peuvent également être consolidés une fois qu’ils ont été réhabilités.

Autres types de prêts

Les critères d’admissibilité qui s’appliquent aux prêts directs ne s’appliquent pas aux types de prêts suivants :

  • Perkins Loans. Contrairement aux prêts directs, l’établissement d’enseignement agit comme prêteur pour ce type de prêt. Il est conçu pour aider les étudiants à faible revenu ayant des besoins financiers importants, et est disponible pour les étudiants de premier et de deuxième cycle. Ces prêts sont assortis d’un taux fixe et le remboursement doit commencer dans les neuf mois suivant la fin des cours, qu’un diplôme ait été décerné ou non. Des reports et des abstentions de remboursement spécifiques à Perkins sont disponibles.
  • Private Loans. Parfois appelés prêts alternatifs, les prêts privés ne sont ni émis, ni subventionnés, ni traités par le gouvernement. Ils sont plutôt émis uniquement par des prêteurs privés du secteur privé. Ils sont disponibles pour les étudiants et les parents, et les conditions de remboursement peuvent varier considérablement. Leur émission est basée sur le score de crédit et la situation financière de l’emprunteur, et ils constituent une source importante de financement pour ceux qui ne sont pas admissibles aux prêts gouvernementaux ou à d’autres aides.
  • Prêts institutionnels. Ce type de prêt ressemble aux prêts privés dans la mesure où ils ne sont pas émis ou traités par le gouvernement. Ils sont plutôt émis directement par l’établissement d’enseignement lui-même.
  • Prêts d’État. Ces prêts sont offerts par le biais de divers programmes parrainés par l’État et, bien qu’ils soient distincts des prêts subventionnés par le gouvernement, ils peuvent être en mesure d’offrir de meilleures conditions que les prêts privés.

Règles fiscales pour les prêts étudiants

Déduction des intérêts payés

Les contribuables qui effectuent des paiements au titre d’un prêt étudiant sont autorisés à déduire le montant des intérêts qu’ils paient sur leurs prêts chaque année, pour autant que le produit du prêt ait été utilisé pour payer des dépenses d’enseignement supérieur admissibles. Le montant des intérêts qui peut être déduit est le plus petit des deux montants suivants : 2 500 euros ou le montant total des intérêts payés, tant que le revenu du payeur ne dépasse pas un certain montant.

Les prêteurs qui ont reçu plus de 600 euros pour les intérêts payés par l’emprunteur doivent délivrer à ce dernier un formulaire 1098E qui indique le montant des intérêts payés. L’un des principaux avantages de cette déduction est qu’il s’agit d’une déduction au-dessus de la ligne, ce qui signifie que les contribuables n’ont pas besoin de détailler les déductions pour en bénéficier.

Il s’agit d’une déduction de base.

Prêts qualifiés

En outre, le prêt lui-même doit être considéré comme un prêt qualifié.

Dépenses d’enseignement supérieur qualifiées

La publication 970 de l’IRS décrit également ce que l’IRS considère comme des dépenses d’enseignement supérieur qualifiées pour bénéficier de cette déduction.

Sources de revenus inadmissibles

Les dépenses d’éducation qualifiées sont également réduites par les sources de revenus suivantes. Seuls les intérêts payés sur les prêts utilisés pour couvrir les dépenses admissibles qui dépassent les paiements provenant des sources suivantes peuvent être déduits.

Plans de remboursement

Les prêts directs offrent plusieurs programmes de remboursement différents qui varient selon la durée et d’autres critères. Les étudiants peuvent choisir le programme qui correspond le mieux à leur budget et à leurs objectifs financiers, bien que plusieurs de ces programmes exigent qu’ils répondent à certains critères financiers.

Les étudiants peuvent choisir le programme qui correspond le mieux à leur budget et à leurs objectifs financiers.

Les trois premiers types de plans énumérés sont disponibles pour tous les prêts directs et Stafford subventionnés et non subventionnés, ainsi que pour tous les prêts PLUS, mais pas les prêts directs de consolidation. Aucun d’entre eux n’est disponible pour les prêts Perkins, privés, institutionnels ou parrainés par l’État.

  • Repaiement standard. Ce plan a une limite de 10 ans et s’accompagne d’un paiement mensuel plus élevé que les autres options de remboursement (50 euros minimum). Ce plan convient aux emprunteurs qui peuvent se permettre un paiement plus élevé et qui veulent rembourser leurs prêts le plus rapidement possible. Les emprunteurs qui optent pour ce plan de paiement paient moins d’intérêts par rapport aux autres plans. Ceux qui ont des revenus plus élevés choisissent souvent ce plan afin d’économiser de l’argent à long terme.
  • Remboursement prolongé. Les emprunteurs ayant une dette de plus de 30 000 euros au titre des prêts directs et qui n’avaient pas de solde de prêt impayé de quelque nature que ce soit le 7 octobre 1998 ou avant sont admissibles au remboursement prolongé. Le plan peut s’étendre sur une période allant jusqu’à 25 ans, et les paiements peuvent être soit fixes, c’est-à-dire rester au même niveau pendant toute la durée du prêt, soit progressifs, c’est-à-dire être plus faibles au début et augmenter tous les deux ans. Cela peut être utile pour les emprunteurs qui prévoient une augmentation de leurs revenus au fil du temps. Mais ils paieront plus d’intérêts sur la durée du prêt par rapport à l’option de remboursement standard.
  • Remboursement progressif. Ce plan ressemble au plan standard en ce qu’il a une limite de 10 ans, mais il a des paiements gradués comme le plan étendu, bien qu’il y ait des limites supplémentaires à l’augmentation des paiements. Aucun paiement dans le cadre de ce plan ne peut jamais être plus de trois fois le montant de tout paiement précédent.
  • Remboursement fondé sur le revenu (IBR). Ce programme est disponible pour les prêts directs et Stafford subventionnés et non subventionnés, les prêts PLUS pour les étudiants et les prêts de consolidation. Cependant, il n’est pas disponible pour les parents qui ont contracté un prêt PLUS. Les paiements effectués dans le cadre de ce plan sont généralement (mais pas toujours) les plus bas de tous les types de plan. Le plan IBR est conçu pour aider les emprunteurs qui éprouvent des difficultés financières partielles. Il calcule un paiement mensuel basé sur le revenu de l’emprunteur et le nombre de personnes à sa charge (et non sur le montant total dû comme dans le cas du plan de remboursement en fonction du revenu) et compare ce paiement à ce qui serait payé dans le cadre du plan de remboursement standard. Si le paiement basé sur le revenu et les personnes à charge est inférieur, l’emprunteur est considéré comme ayant des difficultés financières partielles et est admis au programme. Une fois qu’un emprunteur est admissible, les paiements sont égaux à 15 % du revenu discrétionnaire de l’emprunteur, et il peut rester dans le plan, que les difficultés financières partielles persistent ou non. Le plan offre également une remise de prêt après 25 ans.
  • Remboursement en fonction du revenu. Ce programme est disponible pour les prêts directs subventionnés et non subventionnés, les prêts PLUS pour les étudiants et les prêts de consolidation. Cependant, il n’est pas disponible pour les prêts FFEL, les prêts Stafford, ou pour les parents qui ont contracté un prêt PLUS ou pour les prêts de consolidation qui comportent l’un de ces types de prêts. Les emprunteurs qui connaissent des difficultés financières (comme le chômage) peuvent bénéficier de ce plan, qui calcule un paiement mensuel basé sur le revenu brut ajusté de l’emprunteur (le revenu du conjoint est également inclus pour les emprunteurs mariés), le nombre de personnes à charge et le montant total dû. Les paiements mensuels sont recalculés chaque année et correspondent au moindre des deux montants suivants : 20 % du revenu discrétionnaire de l’emprunteur ou le montant que l’emprunteur paierait chaque mois sur une période de 12 ans, multiplié par un pourcentage du revenu annuel de l’emprunteur (qui est réinitialisé chaque année). Si le paiement calculé n’est pas suffisant pour couvrir le montant des intérêts courus sur le prêt, les intérêts sont capitalisés (ajoutés au solde du principal). Toutefois, le montant des intérêts impayés qui sont capitalisés ne peut pas dépasser 10 % du solde total du prêt. Le plan peut durer jusqu’à 25 ans, et tout solde restant à ce moment-là est annulé.
  • Pay As You Earn. Ce programme est disponible pour les prêts directs subventionnés et non subventionnés, les prêts PLUS pour les étudiants et les prêts de consolidation. Toutefois, il n’est pas disponible pour les prêts FFEL ou les prêts Stafford, ni pour les parents qui ont contracté un prêt PLUS ou pour les prêts de consolidation qui comportent l’un de ces types de prêts. Il s’agit d’un nouveau type de plan disponible depuis 2013 qui permet à l’emprunteur de payer la mensualité la plus basse de tous les types de plan. Les emprunteurs doivent démontrer des difficultés financières partielles pour être admissibles, et les paiements mensuels sont calculés chaque année en fonction du revenu discrétionnaire de l’emprunteur et de la taille de la famille, et le pardon est disponible après 20 ans.
  • Plan sensible au revenu. Ce plan est uniquement disponible pour les prêts FFEL et ne peut pas être utilisé pour tout type de prêt étudiant direct. Tout type de prêt FFEL est admissible, y compris les prêts Stafford subventionnés et non subventionnés, les prêts PLUS et les prêts de consolidation. Il a une durée de 10 ans et les paiements mensuels varient en fonction de l’évolution du revenu annuel de l’emprunteur. Les paiements peuvent également varier en fonction de la formule particulière utilisée par le prêteur.

prêts étudiants

Deferment, Forbearance, Forgiveness ; Cancellation

Lorsqu’il devient difficile pour les emprunteurs de payer, il existe des alternatives qui permettent aux emprunteurs de cesser d’effectuer des paiements sur leurs prêts étudiants soit temporairement (ou, dans certains cas, de façon permanente) sans se mettre en défaut :

Séjournement

Il s’agit d’un report temporaire des paiements du prêt étudiant. Les reports empêchent l’accumulation d’intérêts sur les prêts subventionnés directs (y compris les prêts Stafford) et les prêts Perkins, mais les intérêts sont ajoutés au solde principal pour les prêts non subventionnés. Les reports sont disponibles pour les étudiants de premier cycle à mi-temps et les étudiants diplômés à temps plein, ou pour ceux qui sont au chômage ou qui répondent aux critères de difficultés économiques. Les étudiants handicapés peuvent également y prétendre, ainsi que ceux qui sont appelés au service actif dans l’armée.

Autorisation de remboursement

Il s’agit d’un programme dans le cadre duquel les paiements des prêts étudiants sont soit réduits, soit éliminés pendant une période pouvant aller jusqu’à un an. Il diffère d’un report en ce sens que les intérêts continuent de courir sur le prêt pendant cette période. Les suspensions sont disponibles pour de nombreux étudiants qui ne remplissent pas les conditions requises pour un report.

Il existe deux types d’abstentions disponibles : Les abstentions discrétionnaires sont accordées à la discrétion du prêteur en cas de difficultés financières ou de maladie admissibles, et les abstentions obligatoires doivent être accordées par les prêteurs dans les circonstances.

La rémission

La rémission est une condition en vertu de laquelle l’emprunteur est libéré de l’obligation d’effectuer tout autre paiement sur un prêt étudiant. Les emprunteurs qui obtiennent l’approbation de l’annulation de leurs prêts étudiants restants recevront un formulaire 1099-C du prêteur indiquant le montant exact de la dette annulée, et devront déclarer ce montant comme revenu imposable.

Il existe quelques cas où une partie ou la totalité des prêts étudiants d’un emprunteur peuvent être annulés :

1. Remise de prêts pour les fonctionnaires

En 2007, le Congrès a rendu les carrières dans la fonction publique plus attrayantes pour les diplômés de l’enseignement supérieur en instituant un programme qui peut remettre une partie du solde de leurs prêts lorsque certaines conditions sont remplies. Toute personne ayant des prêts étudiants qui accepte l’un des types d’emplois suivants est admissible à ce programme :

Les organisations partisanes, telles que les entités politiques et les syndicats, ne sont pas admissibles, et les organisations religieuses sont de même exclues. Le type d’emploi ou de poste que l’on occupe au sein d’une organisation qualifiée n’a pas d’importance, tant que l’employeur considère qu’il s’agit d’un poste à temps plein et que l’employé emprunteur travaille au moins 30 heures par semaine. Les travailleurs du secteur de l’éducation doivent être engagés par contrat pour travailler au moins huit mois par an.

Les emprunteurs qui effectuent 120 paiements complets et à temps tout en occupant un emploi admissible peuvent bénéficier d’une remise du solde de leur prêt étudiant, quel que soit leur niveau de revenu. Les paiements doivent également être effectués dans le cadre d’un plan de remboursement admissible, tel que le plan de remboursement standard ou le plan de remboursement en fonction du revenu, mais seuls les prêts directs sont admissibles à ce programme – les prêts privés, Perkins et FFEL ne sont pas admissibles. Toutefois, les emprunteurs peuvent consolider leurs prêts Perkins et FFEL en prêts directs, mais leur calendrier de paiement de 120 jours ne commencera qu’après la consolidation. Une fois ces conditions remplies, les emprunteurs peuvent alors demander l’annulation du prêt auprès de FedLoan Servicing.

2. Remise de prêt pour les enseignants

Les éducateurs qui enseignent pendant cinq années consécutives dans des écoles primaires ou secondaires à faible revenu admissibles et qui répondent à certains autres critères peuvent demander à ce que jusqu’à 17 500 euros de leurs prêts soient remis. Ce programme pardonne les prêts subventionnés et non subventionnés, ainsi que les prêts Perkins (à condition qu’ils répondent à certains critères), mais pas les prêts PLUS.

Annulation

L’annulation est également appelée « décharge ». Lorsqu’un prêt est annulé, cela a le même effet qu’une remise, sauf que le montant de la dette remise n’est pas déclaré sur le formulaire 1099-C comme un revenu ordinaire pour l’emprunteur.

Les cas où les prêts étudiants peuvent être annulés comprennent :

1. Annulation pour les éducateurs qualifiés

Les enseignants peuvent voir leurs prêts Perkins annulés s’ils enseignent dans des écoles primaires ou secondaires à faible revenu qualifiées ou s’ils enseignent certaines matières, telles que l’éducation spéciale, les mathématiques, les sciences, les langues étrangères ou toute autre matière que l’État de l’enseignant classe comme ayant une pénurie d’enseignants.

2. Annulation institutionnelle

Les emprunteurs qui fréquentent une école qui ferme pour une raison quelconque avant que l’emprunteur puisse obtenir son diplôme peuvent être admissibles à une annulation de prêt, tout comme ceux dont les prêts ont été faussement certifiés soit par l’école elle-même, soit en raison d’un vol d’identité. Les emprunteurs qui ont quitté l’école et n’ont pas reçu un remboursement qui leur était légitimement dû peuvent également être éligibles.

Toutefois, les prêts ne peuvent pas être annulés parce qu’un étudiant ne parvient pas à obtenir son diplôme, est simplement insatisfait de l’établissement ou est incapable de trouver un emploi dans son domaine de prédilection. Les annulations institutionnelles ne sont pas non plus disponibles pour les prêts Perkins.

3. Décès, invalidité et faillite

Les emprunteurs peuvent voir leurs prêts étudiants annulés s’ils remplissent les conditions d’invalidité permanente et totale. Un certificat médical est nécessaire pour cela, et plusieurs autres conditions doivent être remplies. Les prêts sont annulés pour les emprunteurs décédés à la réception d’une copie certifiée d’un certificat de décès. Les emprunteurs qui font faillite ne peuvent obtenir la remise de leur prêt que s’ils peuvent fournir des preuves tangibles qui convainquent le juge que le remboursement du prêt leur causera des difficultés financières excessives. Cependant, cela est généralement très difficile à faire, et la plupart des emprunteurs n’obtiennent pas la remise de la dette de prêt étudiant dans n’importe quel type de faillite.

Lorsque vous manquez à votre obligation de rembourser votre prêt étudiant

Malgré les nombreux programmes et formes d’aide au paiement qui sont disponibles, un nombre croissant d’emprunteurs deviennent encore complètement incapables de faire leurs paiements. La dette moyenne d’un prêt étudiant varie entre 12 000 et 23 000 euros, et la Fed de New York estime qu’environ 11 % de tous les emprunteurs ont aujourd’hui plus de 90 jours de retard dans leurs paiements, ce qui représente un pourcentage de défaillance plus élevé que pour les dettes de cartes de crédit.

Il s’agit là d’un problème majeur.

Le ministère de l’éducation a donc créé un groupe de résolution des défauts de paiement qui a pour mission d’aider les emprunteurs en défaut à rattraper leurs prêts. Les emprunteurs en défaut de paiement qui souhaitent réhabiliter leurs prêts peuvent désormais conclure un accord avec le Default Resolution Group pour payer un montant spécifique qui ramènera le prêt au statut « courant ». L’emprunteur doit payer ce montant sous la forme de neuf paiements distincts sur une période de 10 mois, et les paiements doivent être effectués volontairement par l’emprunteur dans les 20 jours de leur date d’échéance. Les paiements obligatoires effectués par le biais d’une saisie-arrêt ou d’autres types de saisie ne sont pas admissibles.

Si tout échoue, le ministère de l’éducation a des pouvoirs qui rivalisent avec ceux de l’IRS en matière de recouvrement. Ils peuvent en dernier ressort saisir les chèques de salaire des emprunteurs défaillants, ainsi que les remboursements d’impôt sur le revenu. Et s’il est possible, dans des cas extrêmes, d’obtenir l’annulation des prêts étudiants en souffrance en cas de faillite, ce n’est pas une option pour la majorité des emprunteurs en défaut de paiement. Le ministère travaille également avec un vaste réseau d’agences de recouvrement dans le but de contacter les emprunteurs défaillants et de recouvrer les paiements en souffrance. Les emprunteurs qui risquent d’être en défaut de paiement devraient bien réfléchir aux conséquences avant de cesser de rembourser leur prêt.

Mot final

L’industrie des prêts étudiants est devenue un secteur de l’économie qui pèse plusieurs milliards d’euros. Mais si les prêts étudiants peuvent être le seul moyen dont disposent de nombreux étudiants pour payer leurs études, vous devez examiner attentivement le montant que vous prévoyez de gagner après l’obtention de votre diplôme universitaire afin d’évaluer s’il sera suffisant pour rembourser vos prêts et maintenir votre niveau de vie. Élaborez un budget personnel réaliste pendant que vous êtes encore à l’école afin d’avoir une idée claire de vos dépenses et de prendre l’habitude de budgétiser les paiements de prêts étudiants qui seront dus après l’obtention de votre diplôme.

Pour plus d’informations sur les prêts étudiants, rendez-vous dans votre bureau local d’aide financière aux étudiants ou consultez votre conseiller financier

A lire aussi

Comment devenir indépendant financièrement ?

Maeva Philippaux

Dois-je rembourser mon prêt ou investir l’argent ?

Abigail Bellemaure

Laissez un commentaire