Catégories
Animaux > Chat > Chien

Différence entre l’hibernation et les autres types de dormance

Différencier l’hibernation de la dormance n’a pas beaucoup de sens, si l’on considère que l’hibernation est un type de dormance. En toute logique, nous devrions opposer l’hibernation à d’autres types de dormance, comme l’estivation, la brumation, etc. ce qui est le seul objectif de ce billet.

Les oiseaux hibernent-ils ?

La seule espèce d’oiseaux connue pour hiberner est l’engoulevent commun (Phalaenoptilus nuttallii). Les autres espèces entrent simplement dans un état d’inactivité que l’on appelle la torpeur.

Il s’agit d’un état de dormance.

En biologie, la dormance désigne l’état d’activité métabolique réduite dans lequel entrent de nombreux organismes, soit lorsqu’ils sont confrontés à un stress environnemental (dormance conséquente), soit lorsqu’ils sont susceptibles d’y être confrontés (dormance prédictive). Pendant la phase de dormance, ils réduisent leur activité métabolique, ce qui les aide à conserver leur énergie et à survivre malgré la forte pénurie de ressources. Lorsqu’un tamia hiberne, il fait baisser son rythme cardiaque de 350 battements par minute (bpm) à seulement 4 bpm.

Comment l’hibernation diffère-t-elle des autres types de dormance ?

Bien qu’elle soit devenue synonyme de dormance sur le tard, l’hibernation, comme l’estivation, la brumation et la torpeur quotidienne, n’est qu’un type du vaste concept qu’est la dormance. S’il est devenu si populaire, c’est en grande partie parce qu’il est utilisé par des espèces qui le sont tout autant. Parmi celles-ci, on trouve tout un tas de rongeurs, dont les tamias et les marmottes, ainsi que des espèces de mammifères comme les hérissons et les chauves-souris.

La torpeur est un concept très répandu.

Avant d’entrer en hibernation, ces animaux mangent beaucoup de nourriture et la stockent dans leur corps sous forme de graisse. Une fois qu’ils ont pris suffisamment de poids, ils s’abritent dans un endroit chaud où ils passeront le reste de l’hiver dans un sommeil profond. Pendant cette période, ils réduisent leur rythme cardiaque jusqu’à 90 %. Il n’y a pas de période spécifique d’hibernation à proprement parler. Elle peut durer des semaines, voire des mois parfois.

Hibernation vs Aestivation

Bien que tous deux soient des types de dormance, l’hibernation et l’estivation (ou estivation) sont aux antipodes. L’estivation désigne l’état d’inactivité auquel les animaux ont recours, afin d’éviter les dommages causés par la hausse des températures. C’est un contraste frappant avec l’hibernation, où les animaux recourent à un état d’inactivité pour éviter les dommages causés par les basses températures. En d’autres termes, si l’hibernation est le sommeil de l’hiver, l’estivation est le sommeil de l’été. La longue liste des animaux qui pratiquent l’estivation comprend le dipneuste africain, la tortue du désert, les salamandres, les grenouilles, les escargots et même les hérissons.

Les animaux qui pratiquent l’estivation ne sont pas les mêmes que les autres.

Il convient également de noter que les animaux qui estivent entrent rarement dans le sommeil profond qui est généralement associé aux animaux hibernants, et qu’ils peuvent donc rapidement revenir à l’état de normalité. Alors que les animaux hibernants s’abritent dans des endroits chauds, les animaux estivants préfèrent les endroits humides, comme dans la boue, les troncs d’arbres, ou même la partie la plus profonde du lac ou de l’étang (animaux aquatiques).

Ours en hibernation

Hibernation vs Brumation

La brumation est observée chez les reptiles. Contrairement aux mammifères qui sont dans un sommeil profond tout au long de la phase de dormance, les reptiles n’entrent pas dans cet état lorsqu’ils sont en brumation. Au lieu de cela, leur phase de dormance est généralement caractérisée par de longues périodes d’inactivité entrecoupées d’épisodes d’activité. Ils sortent en rampant de leur terrier dès qu’il fait chaud. Il se peut qu’ils ne mangent rien lorsqu’ils sortent, mais ils doivent boire de l’eau pour éviter la déshydratation. En revanche, les mammifères en hibernation ne mangent, ni ne boivent rien pendant cette phase.

Les mammifères et les reptiles diminuent tous deux leur taux de respiration lorsqu’ils ont recours à la dormance, mais il convient de noter que les reptiles, grâce à leur teneur en glycogène sanguin, peuvent survivre à cette phase même dans un environnement pauvre en oxygène. Les mammifères, en revanche, ne sont pas doués pour cela. Au contraire, ils sont fortement dépendants de la saturation en oxygène de leur environnement.

Hibernation vs torpeur quotidienne

Alors que l’hibernation, l’estivation, et même la brumation d’ailleurs, se caractérisent par de longues périodes d’inactivité, la torpeur quotidienne se caractérise généralement par une inactivité pendant une partie particulière de la journée. On l’observe généralement chez les oiseaux et les petits mammifères. Ces animaux maintiennent une température corporelle normale tout au long de la journée, mais abaissent cette même température ainsi que leur taux métabolique pendant une partie de la journée afin de conserver leur énergie. Cela ne les aide pas seulement à survivre aux températures extrêmes qui prévalent à un moment particulier de la journée – les nuits glaciales par exemple – mais leur est également utile en cas de pénurie de nourriture.

Hibernation vs Diapause

Alors que l’hibernation est l’état de sommeil profond qui permet aux animaux d’échapper aux hivers rigoureux, la diapause est un état dans lequel le développement de l’espèce est suspendu pour faire face aux conditions défavorables qui prévalent. Une autre différence entre les deux est que l’hibernation est limitée à l’hiver, alors que la diapause intervient aussi bien en hiver qu’en été. On l’observe le plus souvent chez les insectes, mais aussi chez les oiseaux, les poissons et les mammifères. Chez les insectes adultes, la diapause est principalement caractérisée par une interruption de l’activité sexuelle. Chez les insectes immatures, en revanche, elle se caractérise par une suspension de la croissance et du développement.

Les plantes entrent-elles en hibernation ?

Les plantes subissent bien une phase de dormance, mais elle n’est pas connue sous le nom d’hibernation. Chez les plantes, la dormance désigne une période pendant laquelle la plante cesse de croître pour survivre à des conditions inhospitalières caractérisées par un manque d’eau et des températures glaciales. Ainsi, tout comme un animal en hibernation, même la plante ralentit ou suspend sa croissance pour le moment. En outre, il existe un concept connu sous le nom de dormance des graines, selon lequel, malgré des conditions favorables, la graine ne germe pas dans un délai déterminé. Ce retard temporaire de la germination a pour but d’aider la graine à éviter les conditions défavorables.

L’hibernation est un phénomène qui se produit lorsque la graine est en état de dormance.

L’hibernation se divise ensuite en deux types : la vraie hibernation et la fausse hibernation. Lorsque l’on parle d’animaux qui entrent dans un sommeil profond où ils ne sont pas affectés par le son ou le toucher, il s’agit de l’hibernation vraie. Par contre, dans le cas d’une fausse hibernation, l’animal concerné peut facilement se réveiller de son sommeil. L’ours est un bon exemple d’animal en fausse hibernation. En fin de compte, bien que les processus impliqués soient différents, la vraie et la fausse hibernation servent le même objectif, à savoir aider l’animal à survivre à des conditions environnementales difficiles et à la pénurie alimentaire qui en résulte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *