Nos Libertés est un webmag
libre et sans contraintes,
ouvert aux participations !


Image default

Les avortements sont-ils devenus une partie inévitable du monde moderne … Sont-ils le résultat de rapports sexuels occasionnels… L’avortement est-il contraire à l’éthique… Devrait-il être légal… Le respect du choix subjectif d’une femme est-il le besoin de l’heure ? Tout cela et bien d’autres avantages et inconvénients de l’avortement sont apposés dans cet article ci-dessous.

Dans plusieurs pays à travers le monde comme l’Australie, le Canada, l’Allemagne, et pas moins de 30 autres, il existe des lois qui rendent l’avortement légal, à tout moment jusqu’à la naissance. Le reste des pays, on soit des restrictions partielles sur l’avortement comme le premier ou le deuxième trimestre de la grossesse, soit une interdiction totale, à moins que la poursuite de la grossesse ne soit fatale pour la mère.

La loi sur l’avortement a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2008.

L’avortement peut être défini comme une interruption de grossesse par choix ou celle qui se produit accidentellement en cas de fausse couche. Ici, nous serions peser les avantages et les inconvénients de l’avortement (volontaire) ; et d’analyser si la disponibilité de l’avortement est un droit important pour une femme d’avoir. D’un point de vue statistique, les avortements causés par le viol, l’inceste et d’éventuels problèmes de santé de la mère et du bébé ne représentent que 7% du total. Les problèmes sociaux et personnels sont quelques autres causes qui s’ajoutent au reste des avortements.

De plus, la médecine moderne a introduit la pilule du lendemain, conduisant à une augmentation du nombre et de la fréquence des avortements chez les femmes. Bien que la pilule abortive ait considérablement réduit les risques de subir un avortement chirurgical et ses complications, elle a fait surface d’autres problèmes de santé, ce qui entraîne l’abus de la pilule en vente libre et donc un déséquilibre hormonal chez les jeunes femmes.

  • La moitié du pourcentage de femmes qui se font avorter ont moins de 25 ans.
  • Environ 60% des avortements sont pratiqués sur des femmes « jamais mariées ».
  • Le taux d’échec de la plupart des avortements médicamenteux est d’environ 3%, à la suite duquel un avortement chirurgical devient absolument nécessaire.
  • La décision d’une femme d’aller vers un avortement n’est pas impulsive dans la majorité des cas, bien que le comportement sexuel qui a conduit à la grossesse puisse être considéré comme irresponsable.
  • Choisir entre les alternatives – avorter, garder le bébé ou le donner en adoption – peut être vraiment difficile et l’une ou l’autre des décisions peut conduire à une dépression ou à un traumatisme post-avortement.
  • L’argument le plus important contre l’avortement serait – pouvons-nous choisir de tuer les grossesses non désirées ? Est-ce qu’une personne doit être irresponsable au point de se retrouver dans une situation où elle doit être sans pitié pour les enfants à naître ?
  • Aussi, la plupart des grossesses non désirées si elles se prolongent jusqu’à l’accouchement peuvent peut-être s’avérer moins traumatisantes plus tard.
  • Un embryon en croissance est considéré comme humain, les battements de cœur commençant dès le 21e jour de la conception. Alors que faire si nous ne pouvons pas voir la forme humaine, il a le potentiel d’en acquérir une.
  • Choisir l’adoption comme alternative à l’avortement donnerait au bébé son droit à la vie.
  • Les gens devraient-ils avoir recours à l’avortement comme outil de contraception de dernière minute tout en prêchant à leurs enfants les conséquences des relations sexuelles occasionnelles ?
  • L’infection, la septicémie, les fausses couches à répétition et rarement la mort pourraient être les complications des avortements.

Avantages avortement

  • Un avortement peut provoquer de graves troubles psychologiques chez la femme sous forme de dépression et de culpabilité.
  • Bien que les femmes aient du mal à choisir l’avortement comme option pour les grossesses non désirées, elles font ce choix depuis longtemps. Elles connaissent les implications de leurs choix et détiennent le droit de le faire.
  • En fin de compte, la femme est celle qui passerait par le véritable « travail » de la poursuite de la grossesse, de l’accouchement d’un bébé, de son éducation, de son bon parentage, en plus des autres devoirs que la vie a à offrir. Suivre tout cela avec peu ou pas d’aide de son partenaire et de sa famille serait extrêmement difficile, voire impossible.
  • Il n’y a rien qui s’appelle pro-choix et pro-vie. Les deux idéologies se rejoignent sur un point commun, à savoir le pro-vie – « la vie du bébé » OU « la vie de la mère ». La vie du bébé dépend finalement de la santé de la mère et il est préférable de permettre à la mère de choisir pour elle, « quand » elle veut un bébé.
  • Alors que nous discutons du bien-être mental d’une femme, comment les autres peuvent-ils décider de ce qui serait plus traumatisant pour la femme – l’avortement ou ; l’accouchement et la liste interminable des devoirs à accomplir.
  • Une tentative de restreindre les avortements augmenterait non seulement le pourcentage d’avortements illégaux et dangereux, mais aussi les dépenses de la procédure. Une nouvelle loi serait nécessaire pour s’attaquer aux avortements illégaux et compliquerait encore plus les choses.

Légaliser ou non, les avortements feront toujours partie de la société. Le facteur de décision d’avorter ou non serait différent pour différentes personnes. Pour un individu, l’avortement peut être traumatisant, tandis que pour d’autres – un accouchement forcé pourrait être tout aussi traumatisant. Il est impossible de définir un ensemble de règles particulières pour tous et chacun. Tout dépend de divers aspects comme l’approche de cette femme pour faire face à une telle situation injustifiée, sa force psychologique et d’autres circonstances favorables qui l’aideront non seulement à décider, mais aussi à être convaincue de sa décision.

A lire aussi

6 Remplacements pour le pétrole de Cajeput

Comment la dorsale médio-atlantique a-t-elle été formée ?

Abigail Bellemaure

Comment le Chyawanprash reconstitue le Prana

Abigail Bellemaure

Dans quel aliment trouver du cuivre pour en consommer ?

Maeva Philippaux

Laissez un commentaire